Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 14:51

 

La chose m'amuse. Telles des carabistouilles proférées par un zigoto. Malgré l'orgueil surdimensionné que me prêtent certains. Car, quelques langues ne firent-elles pas rapidement de se délier, après qu’une Raison folle leur eût lâché la bride ? Et quelques insultes ne manquèrent-elles pas de fuser à bride abattue, après qu’elles eûrent longtemps fait des champs de niaiserie et de misère leur pâture de prédilection ? C’est ainsi à l'appui d'une photo enregistrée de mon profil et renvoyant à cette fameuse lettre ouverte que j'avais adressée au député Sadok Chourou, qu'une page comptant 180.000 « fans » s’en prit ouvertement à votre serviteur, sans le critiquer sur le fond (j’imagine que ce n’était point le désir qui faisait défaut mais l'aptitude) ni le citer carrément de son nom. Je fus déçu, car je pensais qu’à défaut de génie, mes détracteurs s’armeraient au-moins d’audace. Ne dit-on pas qu'elle fut souvent l’arme des dépouillés ? Mon ego en fut également affecté, car il aurait sans doute joui à la seule profération, urbi et orbi, du nom qui le désignait devant une audience certes indécise, mais nullement indifférente. Et au diable si c’était le citer pour le maudire ! Je souris malgré moi à la lecture de mon chef d'inculpation, car il reflétait l’amusante incapacité de mes détracteurs à saisir ma personne, et  encore moins mes intentions, et cela ne m’étonna guère d'apprendre que j'étais un étrange hybride de journaliste-islamiste-hypocrite. Les commentaires sous la photo ne tournèrent évidemment pas bride, lâchés qu’ils étaient par des baltringues moutonniers.

 

Je cédai aux instances pressantes d’un ami pour leur requérir un droit de réponse, mais devant le silence qui s’en suivit et afin d’amuser la galerie je me décidai à publier ceci, à la rédaction duquel j’avoue, je prends un malin plaisir.

 

Mais se rappela surtout à mon souvenir et s’imposa à mon hommage, un Monsieur du nom de Sadok Chourou, lequel sans du tout renoncer à sa fâcheuse orthodoxie ni à ses périlleuses opinions qui m’offusquaient visiblement, n’arbora pas une attitude franchement désagréable, et s’en tînt à me donner une froide réplique, pendant le temps que dura notre bref débat radiophonique au lendemain du scandale.

 

Alors, aux énergumènes sans envergure, aux clampins plus royalistes que le roi, je republierai cet article, à la manière du Baron Rivet qui, en rajoutant le mot de «République» au Pacte de Bordeaux en 1871, entendit « mettre un clou dans les souliers des ultra-royalistes. ». Que Dieu préserve les Princes d’un pareil fardeau en pareil temps !


                  koora 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cloud storage 03/03/2014 07:57

I enjoyed reading the article response to last souls. I think the most common problem with everyone is ego and hope that people who read this article may bring about some change in his or her attitude and may get rid of the ego that they face today.

Safwene Grira

safwene grira

 


Safwene Grira est un journaliste et chercheur tunisien installé à Paris depuis 2007.

Juriste de formation et spécialiste de Droit Constitutionnel, il est Doctorant en Droit Public et travaille sur les libertés fondamentales dans l'histoire constitutionnelle tunisienne.

 

Recherche

Pensée du jour

 

"Tout n'est pas politique mais la politique s'intéresse à tout"

Nicolas Machiavel 

Catégories

Liens